20 juin 2024
Club lecture

Le livre du mois : Le mouchard de Liam O’Flaherty

Le livre du mois : "Le mouchard" de Liam O'Flaherty (1928)

Lors d’un de mes voyages à pied en Irlande, dans l’île d’ Inishmore , une des trois îles d’Aran, j’ai croisé par hasard la tombe de Liam O’FLAHERTY. J’ai compris que c’était un écrivain emblématique en Irlande et je me suis intéressée à l’homme et à son oeuvre.

Liam O’FLAHERTY est né en 1896 à INISHMORE et mort en 1984 à Dublin ; Il était soldat durant la première guerre mondiale puis a vagabondé et enchainé les métiers les plus divers. Il a participé activement à la révolution irlandaise, à la guerre civile dans le rang des républicains et a été dès lors obligé de s’exiler temporairement aux USA puis en France. Il s’est installé en Angleterre en 1922 puis est revenu vivre en Irlande.

Il est l’auteur de plusieurs romans à succès dont « le Mouchard » sorti en 1928 qui a été porté à l’écran par John FORD en 1935.Le succès du film a quelque peu éclipsé le livre et c’est bien dommage.

Dans ce roman qui se déroule sur vingt quatre heures, Gypo NOLAN membre de l’organisation révolutionnaire livre son ami Francis-Joseph MAC PHILLIP à la police pour percevoir une prime. Il utilise alors son pécule pour rassasier ses voisins affamés et commence son errance dans les bas-quartiers de Dublin. Dévoré par la culpabilité, il cherche à se racheter auprès de son organisation qui le soupçonne de cette trahison. Il n’hésite pas alors à dénoncer un innocent pour rentrer en grâce auprès des révolutionnaires.

Les premiers protagonistes de ce livre sont la pauvreté voire la misère. Dublin est une ville sombre et triste où survit tout un monde misérable et affamé. Chacun fait ce qu’il peut pour survivre et surtout boit jusqu’au bout de la nuit lorsqu’il a réussi à trouver quelques pièces. Les personnages de ce roman sont des êtres humains souvent lâches ou mesquins.

Plusieurs personnages sont toutefois captivants, Dan CALLAGHER, le chef de l’organisation  révolutionnaire intransigeant et sectaire, la sœur et la mère de MAC PHILLIP, ferventes catholiques qui font preuve d’une tolérance et d’une humanité si rares dans ce monde tellement cruel et enfin Gypo NOLAN. Ce personnage qu’on peut qualifier de primaire, capable d’actes aussi odieux, parvient curieusement à susciter de la sympathie chez le lecteur. C’est tout l’art de cet écrivain de concevoir des personnages complexes, capables du meilleur comme du pire

Je me suis interrogée plus particulièrement sur les raisons pour lesquelles le lecteur éprouve une forme d’empathie pour Gypo NOLAN. Se reconnaît-il en lui ? A vous d’en juger.

Nicole A.

Vous voulez réagir ? N’hésitez pas à envoyer votre avis, vos commentaires par mail à

coinlecture@artsetbienetre.org

Ils seront publiés sur le site avec votre accord